Elle a cessé de se rejeter elle-même

Sandrine se fait coacher parce qu’elle se pose mille et une questions.


Et comme elle s’en pose mille et une de questions elle n’arrive plus à discerner les bonnes.


Elle est bosseuse et bonne élève, elle fait tout bien ce qu’on lui dit de faire pour « réussir », une activité qui rapporte (voire deux ou trois) , une maison, une retraite assurée, une vie sociale réglée comme une horloge…


Elle a mis un peu de temps avant de se dire que peut-être tout ça, ce n’était pas elle et que l’insatisfaction qui la taraude à chaque réveil, à chaque coucher et de plus en plus entre les deux… n’est pas LE passage obligé de la quarantaine.


Qu’elle n’est pas juste « anormale ».

Qu’elle a le droit de rêver à plus grand.


Parce qu’elle a un rêve. Qu’elle gardait pour elle.


Elle s’est enfin donné le droit de l’exprimer.


Elle avait besoin de quelques autorisations, de s’entendre poser les bonnes questions, de voir d’autres options.


Elle a vu que tellement d'autres possibles depuis qu’elle est sortie du pilotage automatique.


Première séance : - « Pour moi la séance a participé à mon chemin vers plus de responsabilité dans ce que je créé, à agir différemment, me rendre compte de qui réagit : la petite fille blessée ou l’adulte responsable. Et je vois à quel point ma blessure de rejet se joue dans mes relations ! »


Et comme elle la voit maintenant, elle ne la choisit plus à chaque fois.

Elle est devenue consciente des lunettes d’interprétation qu’elle a sur le nez depuis toujours. Elle a choisi de regarder autrement.


Et du coup ses relations changent. Autant avec ses amis qu’avec ses clients.


Parce qu'un enfant blessé et rejeté expérimente le rejet dans toute sa vie jusqu’à ce que tout soit vu...


Le rejet, l'enfant blessé, l'enfant derrière la blessure, les peurs derrière la blessure, les rêves derrière la blessure, l’amour derrière la blessure...

Elle a aussi vu à quel point elle confondait réussite et obligation, responsabilité et sacrifice.


Elle a vu que suivre sa Joie c’était "être irresponsable" et que pour être aimée "il fallait être sérieuse, faire ses devoirs, avoir de bonnes notes et obéir".

Juste obéir.

Obéir c’est être une bonne fille…


Elle a vu.

Et depuis qu’elle a vu et qu’elle le voit dans ses actes, ses idées et ses ressentis aussi, elle peut choisir de ne plus choisir ces croyances.


Elle peut choisir de s'aimer vraiment.


ELLE A CESSÉ DE SE REJETER ELLE-MÊME....


Alors depuis elle suit sa Joie.

Elle la piste même.

Elle s’amuse.

Elle se détend…


Elle ne fait même plus les devoirs que je lui donne !

Elle a besoin de cet espace-là pour explorer celle qu’elle ne s’est jamais autorisée à être.

C’est dans cet espace qu’elle pourra entrevoir d’autres possibles…


Dans son espace où ELLE INCARNE TOUS SES POSSIBLES.


Dans cet espace de confiance, de Joie, d’évidence.


Pour la première fois depuis des années elle se sent à sa place. Celle qu’elle a vraiment choisie.


Celle dans laquelle elle vit comme elle respire...

---------------------------------

Et toi, as-tu vu avec quelle blessure tu vis ta vie?

Que cette blessure tu la mets partout dans ta vie pour pouvoir en guérir?

Que c’est celle-là qui t'empêche d’avancer, de t’éclater, de t’expanser, de te réaliser?

Tu veux vraiment prendre TA place dans TA vie ? https://www.chrystelepetiteau.com/prends-ta-place